jeudi 25 juillet 2019

MY NAME IS POCALYPSE, GRETA POCALYPSE


Divers députés qualifient Greta Thunberg, la jeune militante climatique de “gourou apocalyptique… prophétesse en culottes courtes, prix Nobel de la peur"… et parlent d'"infantilisation obscurantiste, moraline et terreur par la peur".
En plus, elle s'est déscolarisée, ce qui est très vilain.
Et encore, aucun n'a osé la traiter de mongolienne.
« L’écologie a besoin de savants, pas d’une ado manipulée. » (Manipulée certainement par l'affreux lobby sans scrupules des marchands de bougies et de tomates bio…)
« Pour lutter intelligemment contre le réchauffement climatique, nous n’avons pas besoin de gourous apocalyptiques, mais de progrès scientifique et de courage politique. »
Ça, du courage politique, messieurs les hommes politiques, vous en avez besoin, oui – c'est ce qui manque le plus.
La petite se permet de vous faire la morale ? Oui. Ayez honte, oui !
— Et nous tous, ayons honte, vieux et vieilles, même emplis de bonnes intentions !
— Non mais euh… NOUS ? On n'y est pour rien, NOUS… On n'est pas responsables !
— Comment ça ? T'as jamais mangé d'oranges venues de Californie ? T'as jamais roulé en voiture ? Pris l'avion ? T'as jamais surfé sur le Net et les millions de mégawatts de ses data centers ? Porté un tee-shirt made in Taï Wan ?… Responsable, tu l'es tous.
— C'est pas français, ce que tu dis.
— Je sais, mais je me comprends.
… Mais des "savants" ? Du progrès scientifique ? Les savants, vous en avez des flopées, ça fait même un moment, dans les 50 ans, qu'ils alertent, brament, pleurent… lobbyitent en chœur…Vous les avez écoutés ? Ou même seulement entendus, les climatologues du monde entier ?
Des données, vous en avez des brouettes, des preuves scientifiques, des wagons entiers. On envoie même encore des satellites capables de mesurer au cm près en temps réel la montée des eaux… l'éjection en orbite d'un tel satellite étant un élément parmi des milliers d'autres à concourir à la surchauffe climatique. (Quel est le bilan carbone d'un envoi de satellite artificiel bourré de bonnes intentions scientifiques ? Y a quelqu'un qui en parle ? Quel est le bilan carbone de l'envoi d'une équipe scientifique en Antarctique à creuser des carottes glaciaires pour nourrir leurs gros ordinateurs ? Ou en Arctique canadien à mesurer la fonte du permafrost et ses émanations de méthane – gaz à effet de serre ?)
Ça, mesurer, on sait faire. C'est le boulot des "savants".
Mais prendre des mesures ?
•••
* Moraline : nom inventé par Nietzsche pour qualifier la morale chrétienne et utilisé de nos jours péjorativement envers toute bien-pensance.
••••••
Quant à François Ruffin, député s'adressant à ses confrères à propos du traité Ceta, fait-il partie des prophètes d'apocalypse, des gourous en culotte courte ?
« Le permafrost du pôle Nord fond 70 ans plus tôt que prévu – et c'est une catastrophe. Voilà la nouvelle écologique, la nouvelle dramatique du jour. […] On va crever de chaud. On va crever tout court. On fabrique l'enfer sur Terre avec les températures de l'enfer. Je suis sûr que le soir, nus entre vos draps, dans le silence de vos consciences, vous êtes comme inquiets, angoissés pour vos enfants. Je le suis pour les miens. L'envie de chialer quand je songe au monde dévasté qui se dessine, qu'on leur laissera. »
Trop lyrique ? Trop émotionnel ? Trop bourré de moraline apocalyptique ?
(à voir sur YouTube ou sur FBook)
•••
Quand l'avenir effrayant s'avère, pitié pour les pythies !
Sur la question des "prophètes de malheur", il faut se rappeler le  paradoxe de Jonas (celui de la Bible ou bien Hans Jonas).
Le principe du prophète (ou plutôt devin ou oracle) c'est que, théoriquement, il connaît l'avenir qui, par définition, n'existe pas encore. (C'est donc irrationnel, en tout cas en ce qui concerne les sibylles, pythies et devins traditionnels. Par contre, les prévisionnistes modernes s'appuient sur des données scientifiques, leur analyse et la prolongation des courbes.) Le paradoxe du devin, c'est que s'il révèle l'avenir, il le change, et donc ses prévisions s'avèreront fausses. (Et ce n'est pas Philip K. Dick qui me contredira…)
Et donc le devin ne prévoit pas l'avenir, il prévient sur l'avenir, et essaye ainsi de prévenir l'avenir, c'est-à-dire d'empêcher ses propres prophéties de se réaliser.
Il prophétise le pire POUR QUE ÇA N'ARRIVE PAS. (Et donc tous les prophètes sont des faux prophètes, des masochistes et des menteurs – ou des gens qui ne demande pas mieux que d'avoir tort.)
Certains prétendent (c'est peut-être là qu'ils ont peur, les hommes politiques) que la parole du prophète est performative et qu'elle peut donc provoquer ce qu'elle prévoit. « Ne parle pas de malheur ! », dit-on. Comme si on se sentait entouré de puissances infernales prêtes à nous sauter dessus, comme appelées par la parole. La parole, c'est vrai, ne se contente pas de dire ce qui est, elle impressionne, elle agit sur l'interlocuteur. Ceci est valable quant à l'action de la parole sur les consciences, certes, mais sur les choses ?! Sur le climat ? Sur l'effet de serre ? Le "Fiat lux" divin… c'est loin dans les arrière-plans de la superstition.
Par contre, si la parole agit, si elle est performative, oui, que ce soit en imprimant sur nos consciences : remuez-vous le cul !

Signé Caza Pocalypse (dit aussi Philippulus le Prophète).


3 commentaires:

  1. Je dirais bien "cool", mais ce serait à contresens… ;)

    RépondreSupprimer
  2. Très bien vu... exactement ce que j'en ai pensé... ah, ça vous dérange qu'une gamine le dise ? Mais vous n'avez jamais écouté les scientifiques que vous demandez à corps et à cris piur dire qu'elle déraisonne... hahah !

    RépondreSupprimer