dimanche 4 août 2019

ASTÉROÏDES ET PÉRILS / 1


Quelques réflexions supplémentaires et répétitives de Philippulus-le-Prophète sur comment vivre avec la fin du monde qui frappe à la porte.
Fable : Un astéroïde grand comme le Texas s'écrase sur la Terre. Plus précisément sur le Texas. Bon débarras. On en fait un rond-point grand comme le Texas et Jeff Koons le surmontera d'un Stetson géant sculpté en pâte dentifrice rose.
Périodiquement, "on" (les scientifiques, les médias, particulièrement en période de "nuit des étoiles filantes"…) nous ressort le danger d'une catastrophe cosmique : un astéroïde errant qui percute notre bonne vieille Terre. Y'en a un qui est passé "pas loin" le 29 janvier 2008 et un autre qui a failli emboutir Mars (on s'en fout) le 30 (janvier 08, toujours, sauf erreur).
C'est rassurant.
C'est rassurant parce que c'est "venu d'ailleurs", imparable, malgré quelques fantasmes cinématographiques armaggedoins, et parce que c'est un mal dont nous ne sommes pas responsables.
Un Destin Inéluctable.
Ce qu'on aime bien, là-dedans, aussi, c'est que c'est spectaculaire – enfin, ça promet d'être spectaculaire (parce qu'on est toujours dans l'éventuel, dans un avenir virtuel, qui peut se réaliser ou non, auquel on peut croire ou non.) Et puis ça promet d'être rapide, brutal, le lendemain on est tous morts et voilà. Du moins, c'est l'image qu'on s'en fait. En réalité, si ça arrive, on aura à l'avance des prévisions par les scientifiques, la NASA, etc : les calculs d'orbites, les trajectoires de collision, on sait très bien faire ça. Des mois et des années à l'avance, on le verra venir, ce fucking astéroïde, on connaîtra notre Destin Inéluctable. Du coup on aura le temps de :
- Philosopher. Souffrir d'angoisse. Méditer sur notre sort, la brièveté de la vie et on est bien peu de choses… Se résigner ;
- Ou espérer. Espérer n'importe quoi qui détourne le mal, une erreur de calcul des astronomes, un accident de parcours de ce fucking astéroïde qui dévierait sa course, un résultat probant de nos prières à Dieu-le-Père, un miracle ;
- On aurait même le temps de tenter des trucs dignes de notre syndrome de toute puissance : « On va l'arrêter, ce fucking astéroïde ! » Et les teknos de nous ressortir les bons vieux scénars hollywoodiens, avec ou sans brucewillis ;
- Et on aurait peut-être le temps de se préparer au futur, au cas ou la vie ne disparaîtrait pas entièrement de la planète : établir des "capsules temporelles" enterrées dans des grottes ou sous des pyramides (les deux ayant des connotations symboliques intéressantes) et contenant des éléments indispensable à la survie de nos descendants ou successeurs, tel que la recette secrète du cocacola, une boule à neige avec la toureiffel ou un i-pod…
•••
(à suivre)

••••••••••••••••••
PS. Quelques mots encore à propos de Greta Thunberg.
Selon le principe médiatique qui veut que les mauvaises nouvelles, les fakes et les dénonciations aigres, ou ce qui fait déjà polémique, aient toujours plus de succès que les bonnes nouvelles ou actions et paroles honnêtes et rationnelles, il se fait que la page de Reporterre qui dénonce les manipulations derrière Greta Thunberg est beaucoup plus retransmise que celle, chez Reporterre aussi (je le souligne), où la jeune fille répond à ses détracteurs (diesel). Qu'est-ce donc qui fait jouir, là ? Et qui ? C'est curieux, mais je préfère lire sa parole à elle, comme celle de quelques autres personnes décidées à sauver le monde malgré lui.
Penser et/ou écrire, c'est choisir son camp. A-t-on assez fouillé les poubelles de Nicolas Hulot pour savoir de quel shampoing il se sert ? Quant aux homards de Rugy, Monsieur Edwy Pleynel, si vous voulez abattre un ministre (qui, en l'occurrence, le méritait bien, comme la plupart de ses prédécesseurs au ministère de – sic –la transition écologique), attaquez-vous à ses actes et absences d'actes ministériels plutôt qu'à son régime alimentaire. (Mais ça aussi, ça vous-nous fait jouir. Ou au moins, ça nous amuse.)
Dans le dernier Charlie Hebdo, Fabrice Nicolino apporte de l'eau à mon moulin, conspuant les puants qui conspuent Greta Thunberg mais restant prudent à propos d'Isabelle Attard qui signait l'article de Reporterre dénonçant les manipulation dont la gamine ferait l'objet. « J'essayerai de répondre sur le fond du propos d'Attard après l'été, mais je tiens à dire une chose : vive Greta Thunberg ! Elle a vraiment aidé des millions de jeunes dans le monde à mener enfin la mère des batailles, cette crise climatique si écrasante. Tout le reste est secondaire ? Oui, tout le reste est secondaire. »
Ce qui n'empêche pas Charlie Hebdo de rigoler : « Vous pouvez désormais renvoyer gratuitement vos bâtons de sucettes pour éviter de polluer. L'adresse : Greta Thunberg, Suède. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire