vendredi 6 septembre 2019

TERRAINS DE FOOT (unité de surface utilisée pour mesurer les désastres)


Pendant que nous dormions, le monde est devenu rouge.
•••
— A chaque seconde, la forêt primaire perd la surface d'un terrain de football !
— Qu'est-ce qu'ils vont devenir, nos enfants ?
— Footballeurs.
•••
— Depuis le temps qu'on disait que la déforestation de l'Amazonie c'est la surface d'un stade de foot qui disparaît chaque seconde… on comprend seulement maintenant que c'était déjà un plan fomenté depuis des années par le Brésil en vue de la coupe du monde 2014.
— La forêt amazonienne massacrée, c'est la canne à sucre pour l'éthanol, le soja transgénique, les bœufs pour McDo…
— Mais il y a aussi la plage, Ipanema, Copacabana, les trottoirs mosaïques de Rio, la Bossa Nova, le cinéma Novo, le carnaval, la samba, les fesses des brésiliennes, Orfeu Negro, Chico Buarque, Joao et Astrud Gilberto…
— Les favelas, les inondations, la Cité de Dieu, les narcotrafiquants, les glissements de terrain…
— Ça, c'était pour les JO de 2016 : y a eu deux nouvelles disciplines : le surf sur coulée de boue et le tir aux narcos dans les favelas.
— … La guérilla des riches et des pauvres, une police de tueurs, les manifs et les émeutes pour l'emploi, pour le système de santé, pour le prix des transports en grève…
— Au moins, ils s'entraînent à courir entre les balles tout en priant le Jésus du Corcovado.
— Jésus, le string, les incendies en Amazonie et le foot, c'est tout le Brésil !
•••
— Jésus comme catharsis. Les télénovelas débilas comme catharsis, la musique comme catharsis, le carnaval comme catharsis, la drogue comme catharsis, le meurtre comme catharsis, le foot comme catharsis.
— Les incendies de forêt comme catharsis.
(Paru dans Psikopat 265, 2014, révisé 2019-09-03)
•••
Si encore ce n'était que pour les Indios de la forêt… Si encore ce n'était que pour les Brésiliens… ou leurs voisins, Bolivie, etc. … C'est le monde entier qui est mis en danger – dont toi et moi. Y a-t-il quelque part un décideur, un homme politique, qui pense "le monde entier" ?
Et si on brûlait Amazon, plutôt que l'Amazonie ?
•••
Quant à l'Espagne… «Une mer de plastique qui prolonge la Méditerranée et se répand dans toute la province d’Almeria… le potager de l’Europe. Quelque 33 000 hectares de terres sous bâches : l’équivalent de 47 134 terrains de football, trois fois la superficie de Paris consacré exclusivement à la culture intensive de fruits et légumes, été comme hiver. » (Le Monde)
Décidément le terrain de foot est bien l'unité de mesure des désastres. 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire