mercredi 27 novembre 2019

CE QUI EST EN BAS.


Mes activités actuelles se concentrant sur l'écriture de nouvelles SFFF pour diverses anthologies, revues et webzines, je vais consacrer quelques posts à présenter ici des teasers de ces productions, avec un extrait (la première page) et d'autres éléments, couverture, lien éditeur, etc.
Et pour commencer "Ce qui est en bas", dans l'anthologie Arkuiris "En situation de handicap… dans le futur" qui vient de paraître. Enjoyez !
•••

CE QUI EST EN BAS

C'est l'an 2155 et le futur bat son plein.

Je suis descendu de la station orbitale "Encéphale" par l'ascenseur spatial – vous en avez sûrement entendu parler. Arrivé au sol, des types m'ont sorti de la nacelle dans ma cosse roulante emplie de gel anti-G, quelque chose entre cercueil et incubateur néonatal. Ils l'ont guidée jusqu'à une sorte de salle de réveil après anesthésie. Et ce n'était pas loin de la vérité : je n'avais rien vu de la descente dans l'atmosphère, plongé dans le coma artificiel de mon bain amniotique… Mais finalement, tout s'est bien passé. Je suis sur Terre. Je me réveille, je me repose, ils m'injectent des stimulants et me parlent comme à un malade.
Suit un trajet en hélicojet jusqu'à Los Angeles. Toujours dans ma cosse et toujours un peu dans le coaltar. On se pose sur le toit de l'hôtel "Fontaines du Paradis" qui chapeaute  le building A.C. Clarke. Manifestement, avec ses ascenseurs et ses rampes en pente douce, l'hôtel présente tous les services spécialisés, tant médicaux qu'ambulatoires, pour les visiteurs Spatiens.
Le personnel a l'air compétant, mi garçons d'étage, mi infirmiers. Deux types obèses m'ont écossé comme un petit pois de sa gousse (plutôt un haricot de 2 mètres 20 !). Ils m'ont mis debout et ils continuent à me soutenir tandis que je pose les pieds au sol. Eux, ils ont des exosquelettes qui les supportent et qui multiplient leur force. Ils ne m'ont pas laissé faire plus de deux pas – déjà mes genoux ploient sous mon propre poids, ma tête pend, mes poumons peinent et mon cœur bat tambour. Ils m'installent dans un fauteuil roulant i-Real™, une sorte de tripode fabriqué par Tuyota depuis un siècle, luxueux, efficace, pourvu de tous les gadgets indispensables à la vie sur Terre pour mon nouveau statut, celui de mutant de série B venu de l'espace… Je rectifie : VIP-hôte-de-marque-prestigieux-visiteur spatien. Comme ils sont très polis, ils ne me qualifient pas de monstre ou d'infirme, mais je sais bien, moi, que mon nouvel état, ici, c'est : handicapé. À demi-assis dans ce fauteuil high-tech super design, je suis un handicapé, rien d'autre. On dit "PMR", paraît-il, ici sur Terre : "Personne à Mobilité Réduite". Oui, plus que réduite, la mobilité !
De toute façon je ne suis pas ici pour me livrer à quelque activité physique que ce soit. Je suis invité par la ville, tous frais payés, pour… je ne sais pas trop… quelque chose comme une conférence sur la vie dans l'espace…
•••
Arrive mon accompagnateur, guide et attaché de presse. Accompagnatrice, plutôt.
— Lola Lokidor. C'est moi qui vous guiderai, vous renseignerai, vous seconderai pendant votre séjour terrestre, Docteur Tucru.
— Enchanté, Lola. Appelle-moi Rufus, si tu veux bien. Dans l'espace, personne ne s'entend vouvoyer. (Elle rit.)
Elle est rousse, la trentaine, la peau ambrée. Elle porte un short boxer et un haut style boxeuse, tout ça jaune canari. De ma position demi-assis, je peux voir qu'elle a des seins (deux) qui ne souffrent pas de la pesanteur. Ses yeux sont un tant soit peu orientaux, bridés, mais verts. J'ai une réaction idiote :
— Tiens, il y a des filles chinoises aux yeux verts, maintenant ?
(Elle rit.) — Tu as remarqué que je suis rousse, aussi ?
— Désolé. Je suis… hum… troublé. (Ça commence bien, tiens…)
…… etc.……
•••

La suite dans "En situation de handicap… dans le futur". Anthologie de 17 nouvelles réunies par Cécile Péguin, préface de Philippe Lefait. Éditions Arkuiris en association avec l'Asei.




PS. Hasard  ou synchronicité, Philippe Lefait sera aussi le président du jury fictions de l'édition 2020 du FIFH, où j'officie comme directeur artistique et sélectionneur.