dimanche 15 décembre 2019

62 = 3,8 milliards


Selon Oxfam, 62 = 3,8 milliards.
Traduction : 62 habitants de la planète Terre possèdent autant que la moitié du reste de la population de la planète Terre.
— OK, alors si on divise 3,8 milliards (± la moitié de la population) par 62, on obtient qu'un de ces super-riches vaut autant que 63 millions d'autres gens (riches, moyens, pauvres, miséreux…)
— Donc, à peu de choses près, un super-riche = la population française.
— On en a un en France ? Parce que ça serait logique de l'élire président de la République.
— Ou de le fusiller.
— On en avait trois, il y a peu : Liliane Bettencourt, Serge Dassault et Bernard Arnault.
— Il n'en reste qu'un à fusiller, donc. Qui se révèle, aux dernières nouvelles l'homme le plus riche du monde, même. Cocorico ! (Avis à M. B.A., sa famille et tous les lecteurs au premier degré : cette phrase est une plaisanterie, aucunement une incitation au meurtre.)
« Le riche est une brute inexorable qu'on est forcé d'arrêter avec une faux ou un paquet de mitraille dans le ventre. » (Léon Bloy)
« On voudrait parfois être cannibale, moins pour le plaisir de dévorer tel ou tel que pour celui de le vomir. » (Cioran. "De l'inconvénient d'être né".)
Paul Lafargue, gendre de Karl Marx : « Fusiller les riches de but en blanc serait de la folie : il faut d’abord les mettre en prison et les affamer jusqu’à ce qu’ils aient fait revenir de l’étranger l’argent qu’ils y ont caché. C’est seulement quand ils n’auront plus rien que nous les fusillerons. »
— Mieux : les étriper un à un avec un vieux couteau rouillé, les laisser agoniser des heures sous un soleil brûlant, attirer des colonies de fourmis pour grignoter leurs entrailles étalées sur le sol poussiéreux. Ce n'est qu'après le trépas du dernier de ces infâmes personnages qu'il sera temps de se demander "Que faire maintenant ?" (Citation éhontée de je ne sais pas qui.)
— Un bombardement d'astéroïdes bien ciblé serait peut-être moins coûteux.
•••
Reprenons le calcul autrement en attendant le crach bancaire qui vient :
zéro + zéro = zéro.
Je vous parle d'un temps que les moins de 5 000 ans ne peuvent pas connaître.
– 50 000 : Les aborigènes d'Australie Warlpiris ne savent pas compter, ignorent même le concept de nombre, sans doute parce qu'ils n'en ont pas besoin, ou n'en ont jamais éprouvé le besoin. Est-ce pour cela que leur civilisation n'a pas bougé en 50.000 ans, qu'ils n'ont inventé ni la bicyclette ni l'ordinateur ni la finance mondialisée ?
– 4 000 : Les Sumériens ont inventé l'arithmétique, peut-être parce qu'ils vivaient nombreux dans des cités, les premières au monde. La civilisation est née à Sumer, en Mésopotamie, avec l'agriculture, l'élevage, la ville, le commerce. La vie urbaine et ses multiples échanges commerciaux entraînent la nécessité de l'argent sous une forme ou une autre ; donc la nécessité de compter ; et la nécessité de garder la mémoire des transactions, donc d'écrire. Il se peut que les premiers caractères inventés aient été les chiffres. À l'origine l'écriture ne servirait pas à communiquer mais à enregistrer des dettes. L'arithmétique avant la littérature. Et les premiers écrits seraient de simples aide-mémoire. La banque, c'est la quintessence de l'écriture. (D'après Karl Polanyi, à Sumer, les dettes étaient l'affaire du pouvoir. L'État, au besoin, les annulait. À Rome, par contre, on ne remettait pas les dettes, on réduisait le débiteur en esclavage.)
– 3 000 : Les Égyptiens ont inventé le kubit (pas le cubitainer, non !), la normalisation d'une mesure, sorte de mètre-étalon, ceci pour normaliser les constructions. Travail à la chaîne. Pragmatique.
– 500 : Pythagore a l'idée de pair et impair mais pas celle de la fraction, de la virgule.
+ 500 : C'est en Inde que l'on invente les chiffres dits arabes et le ZÉRO. Trouvaille aux conséquences incalculables !
Un zéro, c'est rien, me direz-vous.
Tout seul, certes, mais combiné aux autres chiffres………
•••
Pourquoi on ne fait pas la révolution ? Parce qu'on est tous (ou en tout cas très nombreux, via notre "conseiller bancaire") occupés à jouer les petits actionnaires, ou les "investisseurs" (= spéculateurs). Complices du capitalisme, collabos, achetés.
— Et le ruissellement macronien, qu'est-ce que tu en fais ?
— Les 1% les plus riches de l'humanité ont une très grande poubelle où les 99% autres viennent glaner.
•••

Aucun commentaire:

Publier un commentaire